Actualités

Lucien Francoeur 70 ans

Les 70 ans de Lucien Francoeur aux Foufounes!

2 novembre 2018

Texte et photos : Luc Falardeau

 

Salutations les ami(e)s du journal Pop-Rock.

Ce matin, j’ai mal à la tête et les yeux pochés, parce qu’hier soir nous étions à la fête de l’entiché. Retour sur cette soirée de poésie, bien arrosée, dans ce lieu de graffittis… cet espace anarchisé. J’y ai ramené ma bien-aimée, après 25 ans fatidiques, pour retourner aux Foufounes Électriques.

Enfin le nouveau pont Champlain, le Palais des congrès multicolore et la pluie qui tombe sur le Chinatown. La construction, les cônes et les klaxons,  le nouveau CHUM, nous sommes de retour à Montréal. Des fixies et des bixis sinuent l’asphalte et des vélos sont enchainés à des poteaux.

Il fallait bien prendre des bagels sur Fairmount et un souper en amoureux dans un fameux restaurant indien. Suivi d’un petit tour au 33 toursPlus aucun disque de Lucien Francoeur ou Aut’Chose dans les bacs.  J’ai dû me contenter d’autre chose. 3 disques québécois à peu de frais, Charlebois, Fiori Séguin et Diane Dufresne.

Au volant en direction des Foufs, devant moi une voiture immatriculée BOWIE. On se stationne au coin de Sainte-Elyzabeth Diaga et René-Lévesque, tout près du poste The Police!

Nous pénétrons, armés de ma nouvelle caméra, dans ce lieu de perdition, pour accomplir ma mission. Je prends quelques clichés de cette faune, histoire de me pratiquer avant d’entrer dans la fosse. Il n’y a aucun siège et nous errons comme des bêtes sauvages en attendant que quelque chose se passe.

Enfin je croise Daniel Mongrain, il m’appelle par mon nom et je serre la main du diable de la guitare.

C’est long avant que ça commence, un long retard, debout les jambes engourdies, une Labatt 50 dans les mains. 

Le donjon est plein. Rempli de gais lurons, tout le monde est là. Même ceux qui mangent leurs crottes de nez pi ceux qui ne sont pas capable de bander! (réf: Francoeur)

Enfin MC Gilles arrive, c’est pas un gars de l’université Mc Gill, pour nous présenter  les poètes déjantés. Nous ripoux, écoutons sagement les poètes québécois, dont le flamboyant Jean-Paul Daoust,  qui nous parle avec humour de ses anciennes expériences avec Lucien l’hurluberlu.

La femme de Francoeur, Claudine Bertrand, nous récite de vieux vers de Lucien qu’il a utilisé pour la charmer. La fille de Lucien, Virginie Francoeur, monte sur scène et nous parle avec son cœur à nous tous réunis.

Tous ces dialogues me donnent soif et nous allons au bar pour commander 2 Corona limette.

Finalement le vieux Lucien se présente, histoire de faire une bonne intro et nous promettre un bon show. Je me souviens de peu de choses qu’il a dit,  il me semble qu’il a raconté qu’il avait survécu à tous ses détracteurs. Qu’il est gros mais qu’il est vrai.  Qu’il boit, qu’il boit et reboit car il aime Jack Daniel’s.

Que le spectacle commence avec Michel Langevin à la batterie, Alex Crow et Jacques Racine aux guitares, Vincent Peake à la basse et Joe Evil aux claviers.

Le son est comme la place, c’est TRASH! J’entends à peine Lucien, je ne peux séparer aucun instrument. J’ai un stéréo dans mon cerveau, en somme, c’est du gros son où j’peux rien identifier sauf les percussions.

Après 2 tounes je me suis adapté au band ou bien le gars du son a ajusté quelques boutons. La musique est d’acier et je m’amuse avec ma caméra à photographier le band dans tous ses états.

Version 2.0 de Blue Jeans sur la plage à Hollywood en Plywood, Bar-B-Q Lady et CH’ T’aime Pis CH’ T’en Veux, Nancy Beaudoin.!.!.  Des classiques revisités.

 

Le freak ben réincarné, chante Le Freak de Montréal et pour terminer, Le Rap-à-Billy!

Pour conclure ce spectacle, Lucien crie haut et fort qu’il y a des statuettes à son effigie. Des prix à son nom qui servent à récompenser les artistes ignorés par l’ADISQ.

Grâce à notre bienveillant rédac’chef Géo Giguère qui m’a affecté à la couverture. Voir Francoeur fût un privilège et un grand bonheur!

Bonne fête Lulu! 

À la prochaine Lulu! 

Lucien et Yann Perreau

 

PHOTO DE BANNIÈRE : LUC FALARDEAU

VIDÉO et VIDÉOS CACHÉS : MURIEL MASSÉ (cliquez sur les mots orangés)

INFOGRAPHE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
ASSISTANTE RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
RÉDAC’CHEF: GÉO GIGUÈRE

 

1 Comment

1 Comment

  1. Ricardo Langlois..

    7 novembre 2018 at 10:06

    Bravo Luc!!!
    j’ai manqué une super soirée…

    Lucien, Jean-Paul, de grands poètes…
    Jean-Paul a gagné le prix de gouverneur pour son livre Les cendres bleues…
    Il m’a écrit aussi pour mon premier recueil … Un show hommage Francoeur
    a été le premier a faire du spoken word…

    Excellent reportage

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top