Dossiers

Grands Batteurs # 1 Neil Peart – John Bonham – Bill Bruford

Les Meilleurs Batteurs choisis par les lecteurs du journal Pop Rock 2.0

 

Par René Maranda

Un batteur est un percussionniste qui crée de la musique à l’aide de tambours . La plupart des groupes occidentaux contemporains qui jouent du rock , de la pop , du jazz ou du R & B incluent un batteur à des fins telles que chronométrage et embellissement du timbre musical. L’équipement du batteur comprend un kit de batterie ou  kit de batterie ou set de piège qui comprend divers tambours, cymbales et un assortiment d’accessoires tels que pédales, mécanismes de maintien debout et baguettes de batterie.

Voici les batteurs choisis par nos membres.

Neil Peart

Neil Ellwood Peart, O.C., né le  à Hamilton, en Ontario, est un musicien et auteur canadien. Il est principalement connu pour être le batteur et le principal parolier du groupe de rock progressif Rush. Peart rejoint Rush en 1974, en remplacement de John Rutsey

Jeunesse

Peart naît dans la ferme familiale à Hagersville, près de Hamilton en Ontario. Il déménage à l’âge de deux ans à Saint Catharines, tout près de la frontière américaine. Peart décrit son enfance comme heureuse, dans une famille unie. Jeune adolescent, il s’intéresse à la musique et acquiert une radio avec laquelle il écoute de la pop sur les radios canadiennes et américaines.

Neil Peart rejoint officiellement le groupe le , deux semaines avant leur première tournée américaine. Il se procure un kit de batterie Slingerland avec lequel il joue au premier concert avec le groupe, en première partie de Uriah Heep et Manfred Mann, devant 11,000 personnes au Civic Arena à Pittsburgh en Pennsylvanie, le 

Style et influences

Ses influences sont variées, de John Bonham à Keith Moon en passant par Michael Giles, Phil Collins, Steve Gadd, Billy Cobham, Buddy Rich, Bill Bruford et Gene Krupa. Les Who sont le premier groupe à lui inspirer l’écriture et la batterie. Peart est connu pour jouer avec ses baguettes à l’envers, pour gagner en puissance et en qualité des rimshots.

John Bonham

John Henry Bonham, dit Bonzo (Redditch, en Angleterre –   Clewer, dans le Berkshire), est un des batteurs les plus renommés de l’histoire du rock par sa technique, sa puissance, son sens du groove et son influence. Il fut, de la formation du groupe en 1968 à son décès à 32 ans en 1980, le batteur de Led Zeppelin.

Bonham est présenté par l’Encyclopædia Britannica comme le modèle parfait pour tous les batteurs de hard rock qui l’ont suivi. En septembre 2008, il arrive en tête d’un sondage avec 26 % des votes recueillis auprès de fans de rock dont la question était Quelle rock star décédée voudriez-vous ramener à la vie pour un concert ?  En 2011, il est désigné meilleur batteur de tous les temps par les lecteurs du magazine Rolling Stone. Il est le père de Jason Bonham, batteur comme lui, et qui a participé aux quelques concerts de reformation du groupe, plus particulièrement le 10 décembre 2007 à l’O2 Arena de Londres.

DÉBUTS

John Bonham commence très jeune à frapper sur des pots et des casseroles avec des bâtons artisanaux en copiant le style de ses idoles, Gene Krupa et Buddy Rich. À 10 ans, sa mère lui offre un tambour, qu’il ne lâchera plus jamais, et, à 15 ans, il reçoit sa première batterie, de marque Premier, cadeau de son père dont il prit toujours soin.
John Bonham est décrit par Allmusic comme un des plus importants, des plus connus et des plus influents batteurs du rock. Adam Budofsky, directeur éditorial du magazine Modern Drummer, écrit Si le roi du rock’n’roll était Elvis Presley, le roi de la batterie était sûrement John Bonham.
Mais ce sont surtout les plus fameux batteurs qui témoignent de l’influence que Bonham a eu sur eux, parmi lesquels Joey Kramer (Aerosmith) Lee Kerslake (Uriah Heep) Tony Thompson (Chic), Dave Grohl (Nirvana, Foo Fighters), Tommy Lee (Mötley Crüe), Phil Collins (Genesis, Brand X) et bien d’autres. Le magazine Stylus le classe à la première place de sa liste des 50 plus grands batteurs de rock, tout comme le magazine en ligne Gigwise.com en 2008.

Bill Bruford

William Scott Bruford, dit Bill, est un batteur britannique né le  à Sevenoaks, dans le Kent. Il est principalement connu comme membre des groupes rock progressif Yes, King Crimson, Genesis et UK, mais il a également collaboré avec de nombreux autres artistes et mené ses propres groupes : Bruford de 1978 à 1980, puis Earthworks davantage axé vers le jazz, à partir de 1986 et jusqu’à sa retraite en 2009.

Originaire du Kent, Bill Bruford se découvre une passion pour la batterie en voyant des batteurs de jazz américains se produire à la télévision. En 1966-1967, il forme le grouoe The Breed, un groupe de rhythm and blues de la région de Sevenoaks, avec Stu Murray à la guitare, Mike Freeman au saxophone, Ray Bennett à la basse – qui jouera avec le groupe Flash de Peter Banks de 1971 à 1973 – et Doug Kennard à la guitare et au chant.

Technique

Appuyé sur une technique de la caisse claire très précise, Bill pratique souvent des frisés et des roulés, très peu usités dans le style rock. Peau de la caisse claire assez tendue, souvent frappée sur le bord avec force et netteté. Bill maîtrise parfaitement les mesures impaires ou asymétriques : cette pratique a été employée vers la fin de son séjour chez Yes (albums Fragile et Close to the Edge), et perdurera dans les albums enregistrés sous son nom (Feels Good to MeGradually Going TornadoOne of a Kind), ainsi que dans les albums de la trilogie King Crimson des années 1980 (Discipline, Beat et Three of a Perfect Pair).

Instruments

Bill Bruford a été un adepte pendant plusieurs années dans les années 1980 et 90 de la batterie électronique Simmons quelquefois capricieuse, tombant en panne notamment lors d’un concert d’Anderson Bruford Wakeman Howe au Madison Square Garden de New York en 1989. Instrument qu’il finira pas délaisser au profit d’une batterie traditionnelle.

Cet article est commandité par Duplication.ca. Merci d’encourager nos annonceurs!

https://www.duplication.ca

BANNIERE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top