Dossiers

Jean Pellerin Session man de luxe

Jean Pellerin, musicien

Un autre membre de la colonie artistique qui fait honneur au Québec et au-delà de cette frontière!

 

Par Normand Murray

J’ai le plaisir de vous présenter un membre de la Famille Rock qui au fil des ans a joué avec les grands et grandes vedettes de la musique québécoise et a même fait une incursion dans le monde de la musique rock anglophone. J’ai nommé mon ami, Jean Pellerin, bassiste et contrebassiste de formation, très versatile et professionnel dans l’âme, bien sûr.

 

Ses débuts furent dans le milieu du Jazz avec la formation du groupe Quintonal Jazz et ainsi qu’avec Guy Nadon avec son groupe La pollution des Sons.

Sa participation : Énumérons les nombreux artistes pour lesquels il a joué : Robert Charlebois avec l’album La Maudite Tournée (1995) (interprétation des grands succès de Robert Charlebois.). Pas seulement la tournée  locale, mais aussi en France.  De même qu’une autre participation avec un autre microsillon de Charlebois. Il a accompagné la grande chanteuse Diane Dufresne à maintes occasions que ce soit version studio ou bien en spectacle de même que les tournées françaises dans le grand Paris et autres lieux de la chanson dans ce pays. Un autre monument de la culture québécoise, avec Yvon Deschamps pour son spectacle et son long jeu C’est Tout Seul qu’on est Plus Nombreux (1981) avec comme partenaires de jeu d’ex-membres d’Harmonium.

Anecdote concernant Charlebois

En 1983, au tout début de la tournée de Charlebois, c’était la Fête à Jean Pellerin alors âgé de 27 ans. Charlebois, avec la complicité du promoteur de la tournée, avait organisé une petite soirée intime à Jean avec deux demoiselles un peu aux mœurs légères dans un petit club de Baie Comeau. Mais le spectacle s’était terminé très tard et arrivés au club en question, bien, les deux demoiselles avaient foutu le camp! Mais ce ne fut pas la fin de l’histoire car au dernier spectacle de la tournée à Québec, les deux mêmes demoiselles étaient dans un club à Québec! Et là fut la surprise dans un genre de réédition du cadeau de fête car une des filles a agréablement honoré Jean de sa présence!

Autres collaborations : Et plus encore, une participation avec oui un de nos membres et légendes du Rock et Blues, monsieur Pierre Harel, ex-Offenback, Corbeau et Corbach,  sur son premier album solo Tendre Ravageur (1989) et les spectacles qui ont suivi le tout.. Dans le même créneau des années 80, une participation dans l’univers du blues avec nul autre que Jim Zeller, harmoniciste de renom avec l’album Cut To the Chase. D’ailleurs Jim Zellers lui avait donné le titre d’Ace of Base, ce qui voulait tout dire de son talent. Un autre grand nom, il fit un bref séjour avec le monument de la chanson Renée Claude, grande Dame de notre culture s’il en est une. Rajoutons-y des multiples participations avec Claude Dubois, lui aussi un artiste très primé chez nous et dans toute la francophonie. Ayant aussi accompagné Laurence Jalbert dans ce grand univers musical.

 

Maintenant passons au volet populaire, le Pop comme dans Pop Rock, titre de notre grande famille. Il a joué dans bien des émissions télé qui avaient comme invités et invitées les rois et reines de la pop de l’heure en jouant les succès de l’heure. Jusqu’à quoi, oui un microsillon avec nulle autre que Céline Dion, la grande star du Pop. Revenons à la formule Rock, Il a aussi fait partie d’April Wine en 1985, le groupe légendaire rock canadien avec l’enregistrement de l’album Walking Through Fire enregistré à Nassau au même studio là où les Rolling Stones avait enregistré un album au Compass Point Studio.

Avec tout ce bagage on est aptes à dire sans se tromper que la versatilité de ce bassiste et contrebassiste que ce soit quatre ou bien cinq ou six cordes, « fretless », contrebasse et même guitare par le fait même n’est pas en douter. En passant petite particularité physique de son jeu, il est gaucher. Comme on dit dans le métier un Session Man de luxe apte à s’adapter à tous les styles de musique.

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

 

2 Comments

2 Comments

  1. Geo Giguere

    9 mars 2020 at 11:22

    C’est comme ca que ca se passait dans le bon vieux temps! beau temoignage merci jean Pellerin de le partager avec Famille rock !!

  2. larry todd

    11 mars 2020 at 7:52

    Bravo a tous, textes, photos, historiques, montage tous est no 1,,

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top