Livres

Bio de Jimi Hendrix

Stone Free : Jimi Hendrix de Londres à Monterey
Castor Astral 2019, 247 pages

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est RicardoLanglos2n.jpg.
Par Ricardo Langlois

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pochetteFreeJHendrix.jpg.

 

Comment mieux jouer pour régner? Je reprends les mots de l’auteur, je pense que c’est le sort dévolu aux génies. Ils se retrouvent seuls. Personne ne soupçonne les profondeurs. Ce sont des zones où personne ne vous accompagne (p.61). Hendrix s’est construit un personnage, une légende. Son talent, il le devinait. Dans cette nouvelle bio, on assiste à la montée vertigineuse du plus grand guitariste de la planète.

 

Son enfance
Il prend plaisir à peindre et à dessiner des images mettant en scène des chevaux, des dragons et des voitures de courses. Aussi des chevaliers avec des armures, des musiciens dans l’espace. Il découvrait la poésie de E.E. Cummings. Il le dit au Life : dans mes souvenirs, j’entends de la musique, je vois des étoiles et des planètes. Pour Hendrix, il y a la musique mais aussi l’image. Il s’habillait de manière unique : foulards, pantalons de velours, vêtements voyants. C’est l’époque hippie, l’importance du bon look.
C’est plus fort que moi, des parcelles de mon adolescence me reviennent. Michel, mon ami d’enfance, n’arrêtait pas d’écouter l’hymne américain d’Hendrix (sur l’enregistrement de Woodstock) trop de distorsion, de malaises, de blessures, ne trouves-tu pas mon chum? Et il me dit : c’est parce qu’il visualise la douleur du Monde. Moi, je l’écoutais, je l’admirais, mais surtout, je l’aimais en secret. Il me reprochait de trop écouter Black Sabbath. Hendrix est mort, Michel, Black Sabbath est vivant. C’est comme un grand X tracé dans le vide.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est hendrixclaptonBioHendrix.jpg.

L’idole d’Éric Clapton
En novembre 1966, dans une entrevue, il décrit sa musique. Nous ne cherchons pas à la confiner dans une catégorie en particulier. J’aimerais qu’on parle d’un sentiment qui se donne libre cour. Un mélange de rock, de défonce, de blues et de musique en furie (…) Le premier à reconnaître son génie fut Pete Townshend des Who, il fut littéralement sous le choc : le fait de voir Jimi sur scène m’a dévasté. Absolument et totalement dévasté. Après que je l’ai vu jouer, ma conception de la musique s’est trouvée chamboulée. Éric Clapton a ressenti la même chose. Il l’a même pris dans ses bras. Son allure un peu princière, son espièglerie dans l’œil. Je le trouvais charmant.

Le coté potinage (fake news), on prétend qu’il aurait séduit Marianne Faithfull qui accompagnait toujours Mick Jagger. Il n’avait pas de filtre pour ce qui est des filles. Éric Clapton est ébloui par le charisme de celui-ci : moi- même j’ai craqué. Une pop star psychédélique. Il possédait la formule gagnante. De plus, dans les lettres de ses admiratrices, il arrive à trouver des personnes qui ont des connexions presque spirituelles, il dira : j’estime que ton esprit raisonne bien, sans mensonge et logiquement, mais, ne te considère jamais stupide, jamais. C’est ta vie, tu mourras seule alors, pour l’amour du ciel, vis pour toi et personne d’autre. Mon affection pour toujours. Jimi Hendrix (p.166). Peut-être retrouverez vous un remerciement à cette fille sur la pochette originale d’Electric Ladyland …

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pochetteorigiJHendrixbio.jpg.

L’Hendrixmania
En avril 1967, on parle d’Hendrixmania. Dans le Melody Maker, le journaliste décrit le prodige : un maître de la guitare, Jimi Hendrix dont le dernier disque Purple Haze (45 tours) a bondi en 15e position dans le Pop 30. Ensuite, l’auteur parle de Highway Chile, une chanson autobiographique. Il y est question d’un vagabond, une guitare sur le dos, qui croise le regard hostile des passants. Il a quitté la maison à 17 ans (…) Ici une petite révélation, pendant l’enregistrement de l’album Revolver des Beatles, Jimi enregistrait Are you experienced. Pour finir, Jimi ajouta un ultime overdub. Jimi devait sortir un autre titre The Wind Cries Mary. Il a écrit seul les paroles et la musique, une complainte à la manière de son idole Bob Dylan.

 

Comment est-il? Comment la presse le perçoit? : Éruption volcanique, guitare intense, diabolique et sauvage. Il devient ce qu’il chante. Mais il a sa double personnalité, dans l’intimité, il est si doux. Il est à noter que l’album Are You Experienced est numéro 2 derrière le disque le plus révolutionnaire de l’histoire : Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles. On entendait parler que de lui. Éric Clapton n’en finit plus de l’admirer, ce qui le déprimait. Le charisme a joué en sa faveur. En juin 67, Jimi avouait se sentir nostalgique. Il se sentait méditatif : en tout temps, de la musique tournoie dans ma tête. Parfois elle fait palpiter mon cerveau. J’ai l’impression de devenir dingue. Alors je vais dans les bars et je me saoule (p225).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est HendrixWinterBioHendrix.jpg.
Il a fréquenté les Who, Ravi Shankar, Éric Clapton, Brian Jones des Stones (Brian et Jimi s’influencent mutuellement pour l’habillement), Janis Joplin, David Crosby, Paul McCartney (la légende veut qu’il ne se soit jamais rencontré mais c’est lui qui l’a amené à jouer au festival de Woodstock)…

LE MOT DE LA FIN
L’éclat de l’image. Il a été le flambeau d’une génération. Il rêvait d’un monde d’amour et de paix. Il y a une sagesse à acquérir, une expérience à transmettre. Malgré le miroitement des formes, leur pure sensualité, Hendrix a initié d’autres générations. Pink Floyd, Kirk Hammet de Metallica, Serge Fiori, Jean Leloup, Frank Marino, eh oui. Il a été corps et âme avec la musique. L’ envie secrète de laisser un héritage. Dans mon indomptable nostalgie, Hendrix, Black Sabbath, Pink Floyd. Le tourbillon se perpétue en 2020. L’auteur termine son ouvrage, a-t-il renouvelé le vocabulaire de la guitare? Il va même jusqu’à sacrifier sa guitare? Comme pour l’offrir en sacrifice (p 246)…

Pour remercier le monde entier, il composa la magnifique Little Wing (une chanson poétique)…J’ai pensé à la poésie de Jim Morrison dans La Nuit Américaine. Très brave cette rage pour tenter la solitude en Première page en grosses lettres d’or… le clown caracolant précipitera l’empire qui tombera tourbillonnant.

 
BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE
1 Comment

1 Comment

  1. larry todd

    5 février 2020 at 8:31

    encore une fois qualité textes-montages de haute gamme ,,bravo,,Ricardo et a toute l équipe..

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top