Spectacles

Dwane Dixon Band au FIJM

Dwane Dixon Band 4 juillet 2018
Festival international de Jazz de Montréal

Par Suzy Aubin

Dans le milieu de cette magnifique canicule de juillet 2018, j’ai choisi d’aller voir le spectacle de Dwane Dixon Band sur la scène Blues du Festival International de Jazz de Montréal. Ce trio était en feu!
J’pense qu’il faisait 42 degrés Celsius avec le facteur humidex à Montréal en me rendant avec patience dans le quartier des spectacles, mais rien ne m’aurait arrêtée pour m’y rendre. Je passe toujours un beau moment fantastique et intense avec Le Dwane Dixon Band!

Check! C’était hot en chien, dans tous les sens du terme, autant sur la scène que pour les spectateurs! Ces musiciens semblaient aussi heureux que moi d’être à la même place au même moment. Donc ‘’hot’’ pour leur virtuosité et ‘’en chien’’ parce qu’ils en ont sur scène et c’est du Rock blues mordant!
Dwane Dixon a une belle voix chaude et puissante. C’est un habitué de la scène. Ses spectacles sont intenses, il se donne à son public.

Dwane Dixon est un auteur-compositeur-interprète dans un style ‘’Roadhouse Blues’’ des années 1960-70. Il a commencé à la batterie à l’âge de 9 ans, la guitare à 12 ans, il a suivi des cours de chant, piano et d’écriture musicale. Il est musicien depuis 41 ans et professionnel depuis 30 ans. Accompagné de deux merveilleux musiciens; Max Pollak à la basse et Tiburce Perlau à la batterie, cette formule trio sonne comme un seul musicien tellement ils sont unis-soudés-serrés musicalement et en même temps, on a souvent l’impression qu’ils sont six musiciens et plus, tellement c’est rempli et riche en sonorité.

Un amalgame d’émotion, de technique, de performance, de justesse, de manipulation de leur instrument vocal ou instrumental instinctif et naturel, comme pour nous, simplement de prendre une marche.

Dwane Dixon seul ou en trio, joue plus de 200 spectacles par année. La conjointe de Dwane, Nathalie Duval, qui travaille énormément dans la vie, soit pour la carrière de Dwane, ses enfants, son emploi à temps plein, ses photographies etc., etc., m’a dit un jour : ‘’ Si tu savais comme Dwane est travaillant (ils vont bien ensemble!); Dwane a toujours sa guitare dans les mains pour pratiquer entre ses gigs ou composer’’.
Ce travail recherché de guitare transparaît au travers son jeu fluide et varié. Sa technique hyper développée des deux mains est une seconde nature pour lui. La guitare semble facile lorsque Dwane Dixon en joue. Personnellement, j’adore ses différents vibratos, lents ou rapides et toutes les couleurs qu’il utilise pour juxtaposer ses idées tout en respectant son style personnel Rock-blues. Parce qu’autant son jeu est varié venant de plusieurs grands guitaristes, Dwane Dixon, au fil des années, en est venu à personnaliser son propre style à lui.

Il sonne comme Dwane Dixon!

Les influences de Dwane Dixon sont Jimi Hendrix, B.B. King, Johnny Winter, Jimmy Page et Stevie Ray Vaughan. Mais personnellement, Dwane Dixon me fait voyager aussi, en plus de ceux déjà cités, entre Albert King, Muddy Waters, Freddie King, Albert Collins, Jeff Healey, Son House, Willie Nelson, Chet Atkins, Hank Williams et même par certains violonistes classiques avec du vibrato généreux et large comme celui d’Isaac Stern. Pour avoir entendu Dwane Dixon plus d’une fois dans différents spectacles, Dwane Dixon est une machine. Une machine bien huilée à voyager dans le temps musicalement mais dans une seule direction, tout en gardant son style électrique Rock blues 1960-70.

En plus du FIJM, Le Dwane Dixon Band a joué au moins 5 spectacles au Festival International du Blues de Tremblant, au Trois-Rivières en Blues, au Festival Edmunston Jazz & Blues Blues pour nommer que certaines places parce que Dwane Dixon fait carrière depuis plus de 30 ans déjà.

Les musiciens de son trio sont exceptionnels aussi. Des musiciens méticuleux et très professionnels. J’ai demandé à Triburce Perlau s’il voulait parler de lui pour l’entrevue, il m’a dit de dire merci au FIJM pour l’accueil et l’organisation pour eux. Il m’a fait sourire pour autant de modestie. Il tenait à me dire qu’il avait vu cette scène Blues du FIJM, il y a plusieurs années en tant que touriste au Canada et que c’était magique de se retrouver sur cette même scène.

Max Pollack vient du monde classique, jazz, rock et reggae, plus jeune il jouait de la contrebasse. Il a rencontré Dwane dans un jam de Blues. C’est un travaillant, un amoureux de la musique et un très bon chanteur aussi.

Ces deux membres du trio sont dans la trentaine, ils ont le vent dans les voiles et beaucoup de talent pour aller très loin avec Le Dwane Dixon Band. J’ai l’impression que le trio se produira bientôt hors Québec à cause de leur immense talent et la grande passion des trois artistes. C’est d’ailleurs déjà commencé au NB. Je leur souhaite d’aller très loin. C’est mérité.

Ce mercredi 4 juillet 2018, on a eu la chance d’entendre 10 titres différents des deux albums de Dwane Dixon. Un seul cover était au programme, soit Whipping Post – The Allman Brothers Band.

Présentement, entre un horaire très chargé de spectacles, Dwane travaille sur son 3ème  album. J’ai déjà hâte de l’entendre, j’ai déjà les 2 premiers CD et je les écoute souvent le volume au fond dans mon auto.

J’ai la certitude que je ne serai pas déçue de son 3ème  album!

 

INFOGRAPHE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
ASSISTANTE RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
RÉDAC’CHEF: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top