Spectacles

Michael Schenker 42 ans après!

MICHAEL SCHENKER FEST
Club Soda, Montréal
12 mars 2018

Après 45 ans de carrière, les (vrais) débuts du « Mad Axeman » sur une scène montréalaise 42 ans, 4 mois, 3 semaines et 6 jours! C’est le temps qui se sera écoulé entre la première et la seconde prestation en carrière du légendaire « guitar hero » allemand Michael Schenker sur une scène québécoise.

Selon les recherches de l’ami Yves Monast, notre « archiviste » du Journal Pop Rock et Famille Rock, c’est le 14 octobre 1975 que le blond virtuose foule pour une seule et unique fois les planches du Forum alors que la mythique formation britannique UFO, son groupe de l’époque, assure la première partie de Rick Wakeman (!). Un passage qui hélas n’a pas dû faire grande impression auprès du public prog-rock montréalais (pléonasme?) de ce soir-là, qui n’avait d’oreilles et d’yeux que pour le claviériste de Yes.

« Fast-forward » quatre décennies plus tard.

Bien que le démiurge teuton à la Flying V volubile soit parvenu entretemps à asseoir sa réputation outre-Atlantique sur une discographie jalonnée de chefs-d’oeuvre du hard rock/métal mélodique, tant avec Scorpions (groupe de son grand frère Rudolf, rappelons-le) et UFO que durant sa carrière solo avec son groupe MSG, jusqu’à présent il n’aura jamais joui que d’un succès d’estime ici en Amérique du Nord. Constamment porté aux nues par les Kirk Hammett, Slash et Joe Satriani de ce monde, son statut auprès du public connaisseur nord-américain demeure essentiellement celui d’un « guitarist’s guitarist » qui a certes exercé une influence indéniable sur l’évolution du métal, mais dont le caractère notoirement difficile et les problèmes passés de dépendance à l’alcool et aux drogues ont entravé son ascension vers le statut de rock star mondialement consacrée.

Aujourd’hui à 63 ans, maintenant sobre, serein et assagi, Schenker semble plus déterminé que jamais à laisser sa marque de ce côté-ci de l’Atlantique. Sa tournée MICHAEL SCHENKER FEST, qui réunit sur une même scène pendant presque trois heures les quatre chanteurs qui ont collaboré avec lui tout au long de sa carrière solo (Gary Barden, Graham Bonnet, Robin McAuley et Doogie White), témoigne de son ambition.

Et, à la jubilation des vieux fans montréalais qui ne l’espéraient plus, un arrêt avait enfin été prévu au Club Soda lundi dernier 12 mars. Entre 300 et 400 personnes tout au plus – un public de fans finis, majoritairement masculins, moyenne d’âge 50 ans – ont accepté l’invitation du « Blonde Bomber » et remplit le parterre de la salle.

Cependant, ces 300 à 400 privilégiés auront assisté à une renversante et généreuse prestation, sans aucun temps mort, réglée au quart de tour et livrée par un guitariste au sommet de son art épaulé par un groupe de vétérans du rock au groove irréprochable – le solide Ted McKenna à la batterie, l’étonnant Steve Mann à la guitare et aux claviers et le corpulent boute-en-train Chris Glen à la basse .

En tout, deux heures quarante-cinq minutes de musique, trente chansons couvrant presque 45 ans de carrière, servies par quatre des plus belles voix du hard rock des années 70 et 80. Et comme dessert de ce SCHENKER FEST, cinq classiques incontournables de UFO, entonnés à tour de rôle puis à l’unisson par les quatre chanteurs sur scène et repris à gorges déployées par une foule comblée.

Vivement un retour sur une scène montréalaise, Herr Schenker! Et de grâce, ne nous faites pas attendre encore 42 ans!

 

LISTE DES CHANSONS

01 Into the Arena (instrumentale)
02 Let Sleeping Dogs Lie (Gary Barden)
03 Cry for the Nations (Barden)
04 Attack of the Mad Axeman (Barden)
05 Messin’ Around (Barden)
06 Armed and Ready (Barden)
07 Coast to Coast (Scorpions) (instrumentale)
08 Desert Song (Graham Bonnet)
09 Dancer (Bonnet)
10 Night Moods (Bonnet)
11 Searching for a Reason (Bonnet)
12 Assault Attack (Bonnet)
13 Captain Nemo (instrumentale)
14 Bad Boys (Robin McAuley)
15 Save Yourself (McAuley)
16 Anytime (McAuley)
17 Heart and Soul (McAuley)
18 Love is Not a Game (McAuley)
19 Searching for Freedom (instrumentale)
20 Live and Let Live (Doogie White)
21 Vigilante Man (White)
22 Lord of the Lost and Lonely (White)
23 Take Me to the Church (White)
24 Before the Devil Knows You’re Dead (White)
25 Warrior (Tous)
26 Rock Bottom (UFO)(Tous)

Rappel :

27 Doctor Doctor (UFO)(Tous)
28 Shoot Shoot (UFO)(Tous)
29 Natural Thing (UFO)(Tous)
30 Lights Out (UFO)(Tous)

 

INFOGRAPHE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
ASSISTANTE RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
RÉDAC’CHEF: GÉO GIGUÈRE

2 Comments

2 Comments

  1. Ricardo Langlois..

    28 mars 2018 at 10:17

    J’ai découvert Michael Schenker avec UFO en 1978 par la revue Rock (mag américain qui n’existe plus)… Dans l’article, on parlait de lui comme Le Meilleur guitariste de la New Wave metal…

    L’album Obsession a été une belle découverte…
    Un vrai Dieu avec sa guitare et ses bottes…
    Grace a vous, je suis content de le voir en vie et en grande forme

    Merci pour ce reportage !!!

    • Geo Giguere

      31 mars 2018 at 6:21

      on en apprend des choses sur le site reference rock de la planete!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top