Spectacles

Styx par The Grand Illusion à Victo part 2

Rock sur la Montagne – Styx Experience
Victoriaville

DEUXIÈME SET:     Mr Robotto   –  Grand Illusion   –  Miss America     Crystal Ball   –  Come Sail Away   –  Queen of Spades   –   Renegade   –  Blue Collar Man   –   Rockin’ the Paradise   –  Too Much Time on my Hamds   –  The Best of Time

Mr ROBOTTO: cette chanson là je l’ai souvent en tête au travail. Le groupe arrive avec des masques de robots avec des DEL identiques à Styx. Il chante avec un vocodeur, pareille comme sur le disque. Les spectateurs sont tranquilles, il n’y a pas de bruit, les gens écoutent attentivement. Ce sont des robots, donc le sujet est sérieux et l’audience aussi. Une vidéo montrant des robots industriels, le band Styx avec leurs masques et des circuits d’ordinateurs. Le groupe l’a vraiment l’affaire, c’est identique au poil près. Après la toune, le monde vire fou, tous sont très enthousiastes, ça crie et ça siffle. Ils ont aimé ça au coton!

GRAND ILLUSION: La chanson débute avec un style Bienvenue au cirque. Une introduction met en lumière l’idée que l’assistance est venue voir, la  »Grande Illusion ». Les médias nous peignent une fausse image de la vie idéale, obtenir une vie meilleure, toujours nous montrer comment faire mieux et devenir comme les gens connus qui sont supposément plus heureux que nous. Juste parce que quelqu’un a l’air d’avoir la meilleure vie possible, avec l’argent, la célébrité et la liberté de faire ce qu’il veut, en réalité ce n’est pas vrai, il n’y a pas de vie parfaite. Et le désir de cette vie parfaite est quelque chose que nous partageons tous. L’American Dream est faux, irréel et matériel. Nous nous efforçons d’atteindre ce rêve, sans aucune idée pourquoi nous le voulons à ce point. Une vidéo de cirque.

MISS AMERICA: Sur l’écran on peut voir des jeunes filles représentant chaque état américain et la gagnante, désignée lors d’une finale. Voici une chanson sur la nature fugace de la célébrité.
Jacques Mercier chante avec sa basse Rickenbacker. Luc Gervais fait le solo de James Young. Le monde tape des mains.

CRYSTAL BALL : Celle-là je l’ai  souvent en tête. Nous chantons à tue-tête. Luc assure le solo de guitare.
Il avait l’habitude de tout faire correctement, tout ce qu’une personne normale ferait. Parce qu’il faisait toujours la même chose au jour le jour, il se demandait si sa vie allait changer. Il aimerait vraiment pouvoir savoir si quelque chose de génial va lui arriver. Il était perdu dans sa  vie sans valeur et ordinaire. C’est comme s’il avait été absent tout ce temps, parce qu’il a  perdu son temps, ce qui pourrait expliquer pourquoi il ne sait pas où il est allé. De plus, il veut savoir ce que la vie a planifié pour lui.

COME SAIL AWAY : Le bout quétaine de la soirée et le plus attendu : Cette chanson propulsa le public dans la plus totale excitation. De l’album The Grand Illusion, cette chanson a atteint la position 8 du Billboard Hot 100 et elle est une des plus populaires du groupe. En philosophie, la mer représente le plan des émotions. En projection, une animation 3D d’une caravelle, un navire à voiles à hauts bords de l’époque renaissance. Steve Forget au lead vocal et Jean Tardif aux synthétiseurs. Tout le monde chante Come Sail Away à tue-tête. Tout le monde se lève et fait la vague avec leurs bras. Ha boy!

QUEEN OF SPADES: De l’album Pieces of Eight. La dame de pique. Ça Commence avec une guitare acoustique 12 cordes. Comme plusieurs des chansons de Styx, le début est une balade qui transite au heavy-rock. Dennis DeYoung nous parle encore de sa femme puis la toune change de style grâce à Tommy Shaw et la heavy guitare de James Young. Sur l’écran une vidéo d’une femme, un montage de film noir et blanc des années 30 et de jeux de casino.

RENEGADE : Notre toune fétiche de Styx, de bons souvenirs. Mon meilleur souvenir de cette chanson ; mes cousins et moi, jeunes on écoutait et chantait RENEGADE à tue- tête en voiture, un peu comme dans Wayne World. J’ai écouté cette chanson des centaines de fois. On sortait le disque religieusement une fois par semaine, surtout pour écouter Renegate. Curieusement j’ai trouvé leur interprétation un peu disco. Quelque chose dans la basse et le drum, je pense. Je ne sais pourquoi, ça me fait penser à Kiss – I Was Made For Loving You,  sortie la même année, 1978. C’est donc le 40e anniversaire de Pieces of Eight. Toute l’audience est restée debout.

BLUE COLLAR MAN : Encore une pièce de Pieces of Eight. Claude Dansereau fait la voix de Tommy Shaw.
Un homme à col bleu est un individu qui travaille dans des industries, les aciéries, la construction ou toute autre profession impliquant un travail dur et manuel. Après avoir perdu son travail, le chômage l’éloigne des gens qu’il aime le plus. Il est incapable de subvenir à ses besoins financiers, il commence à s’interroger sur sa propre valeur en tant que personne.
Styx dit essentiellement que nous ne nous soucions pas des raisons économiques – nous devons juste trouver un moyen de garder les travailleurs au travail. L’homme a des  compétences importantes que son futur employeur peut utiliser, lui donner un emploi avec un salaire et un statut avantageux.

ROCKIN’ THE PARADISE : Nous pouvons supposer que Rockin the Paradise a lieu en 1929 ou plus tard. La première ligne est utilisée en toute confiance, puisque le protagoniste pense que son théâtre passera à l’histoire. Le propriétaire espère que le Paradise Theatre sera un phare dans les moments difficiles de la Grande Dépression en Amérique. Encore, cette chanson aussi passe du doux piano à la guitare survoltée de Luc Gervais.

 Rockin the Paradise est le quatrième single de l’album trois fois platine de Paradise Theatre. Cette chanson servira d’ouverture non seulement de l’album de Paradise Theatre, mais aussi de sa tournée suivante et de la tournée de Return to Paradise en 1996. Le clip de la chanson était le dixième à être diffusé sur MTV quand il a fait ses débuts aux États-Unis le 1er août 1981. Steve est habillé comme un homme de maintenance et passe le balai, comme Styx faisait à l’époque. Nous pouvons voir sur l’écran géant un vidéo vintage de Styx en spectacle. Je suis focus sur la vidéo et ne regarde plus le band, je suis hypnotisé. Je me demande bien comment techniquement ils ont réussi ce tour de force.

Le monde est resté debout pour le reste du spectacle. Tous sans exception bougent et dansent. Même les gros rockers tough avec leur t-shirt de Harley et de Iron Maden dansent comme des gais lurons.

TOO MUCH TIME ON MY HANDS: Une toune qui commence et ressemble à du Foreigner. Le propriétaire du Paradise Theatre, s’est tourné vers l’alcoolisme. Il se saoule en début d’après-midi, il parle d’idées ridicules qui ne lui paraissent bonnes que parce qu’il est ivre. Pour les autres, ça ne fait pas de sens.  Si le théâtre avait été un énorme succès, comme beaucoup l’avaient prédit, notre protagoniste serait toujours occupé avec son théâtre et n’aurait jamais un moment de répit. Au lieu de cela, il est coincé dans l’alcoolisme.

THE BEST OF TIME: Tout le monde sait que c’est la fin. Tout le monde est debout, les bras dans les airs avec une petite tristesse. Ce n’est qu’un au revoir. On pouvait palper l’exaltation du parterre et sentir l’admiration des spectateurs. Best Of Times continue le compte de “Paradise Theatre”. Après la dépression et le boom après-guerre, le protagoniste est heureux de la vie. Pour terminer les musiciens donnent des pics de guitare. Les musiciens ont joué impeccablement de leurs instruments, les chanteurs ont magnifiquement chanté en harmonie durant cette divine soirée.

Voici les albums survolés ; Equinox, The Grand Illusion, Paradise Theatre, Crystal Ball, Styx II, Cornerstone et Kilroy Was Here. Des hits culte.

Ils ont l’air d’avoir bien du plaisir de jouer ensemble, ils sont toujours souriants, très relax, un spectacle bien rodé. Au rappel, ils donnaient leur max, et puis ce fut l’ovation.

Au total 21 chansons pour 92 minutes de musique.
Quel groupe! La magie avait envahi le pavillon.

J’ai fait une petite entrevue avec Luc Gervais pour parler de choses techniques sur les montages vidéo et sa guitare. Tous les musiciens habitent dans des villes différentes assez distancées, ils se rencontrent une fois par année. Ils ne se rencontrent pas pour pratiquer, c’est sur scène qu’ils le font. Ils font pratiquement un spectacle à chaque fin de semaine. J’ai jasé un peu avec le leader du groupe. Nous avons parlé de sonorisation, de sa chanson préférée de Styx, Castle Walls et de sa collection de disques vinyles. J’ai serré la main de l’autre chanteur, Claude Dansereau, et je lui ai seulement dit que c’était la deuxième fois que je voyais leur spectacle.

Je suis sorti de là avec un mal de gorge d’avoir trop crié et chanté.
Ils seront au Club Dix30 samedi le 16 juin. Ils ont annoncé une nouvelle tournée : la tournée ACOUSTYX ! De juillet à octobre.

Prochain spectacle sur la montagne, à ne pas manquer, samedi le 13 octobre QUEENS OF ROCK mettant en vedette ELYZABETH DIAGA.

La Série Rock sur la montagne sera de retour en 2019 pour une deuxième édition.

Vous aimez Styx? Allez voir ce spectacle!

https://www.facebook.com/styxthegrandillusion/

Crédit pour les projections : Créations de Luc Gervais.

Vidéo Come Sail Away de Steven Henry et photos de Ghyslaine Payant Photographie

INFOGRAPHE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
ASSISTANTE RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
RÉDAC’CHEF: GÉO GIGUERE

1 Comment

1 Comment

  1. Geo Giguere

    3 juin 2018 at 11:43

    excellent compte rendu, merci et bravos Luc Falardeau!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top